RSS

Archives de Tag: fromage

The greatest country? 1/2

Today, the article is not from me, but I think that it is quiet interesting. And to be sure that everyone appreciates it, you’ll find it in its original version (English), and in French (I worked hard on the translation).
Moreover, this subject is treated in two parts. Indeed, first you’re going to read the American point of view, and Friday I’ll published the French answer (the translation work will be in the other way).
Thanks to the journalists of Slate.com and Slate.fr for their researches, and comments.


The USA Is Number One (in Cheese Production)!

America is still the best in the world in these 24 weird, surprising, and inspiring categories.

Aujourd’hui, l’article n’est pas de moi, mais je pense qu’il est assez intéressant. Et pour être certaine que tout le monde l’apprécie, vous le trouverez dans sa version original (anglais) et en français (j’ai travaillé dur sur la traduction).
De plus, ce sujet est traité en deux parties. En effet, vous allez d’abord lire le point de vue américain, et vendredi je publierai la réponse française (le travail de traduction se fera dans l’autre sens).
Merci aux journalistes de Slate.com et de Slate.fr pour leurs recherches et commentaires.

Les États-Unis sont premiers (dans la production de fromage) !

L’Amérique est toujours première dans ces 24 étranges, surprenantes et stimulantes catégories.

As we celebrate the 236thanniversary of America’s independence, it’s a good time to reflect on all the things that make the United States the greatest country in the world. Like, for instance … well … hmm.

We’re billed as the land of the free, but we’re actually 47th in press freedom according to Reporters Without Borders, behind Botswana and El Salvador. We’re 10th in economic freedom, according to the Heritage Foundation—not bad, but not quite on the level of Canada or Mauritius. We’re 51st in math and science education, according to the World Economic Forum. We spend by far the most on health care, but can’t crack the top 20 in life expectancy. And while we remain the richest country in term of gross domestic product, we’re anywhere from 6th to 19thin per-capita income, depending on how you count. (Plus, no one expects us to hold off China for long when it comes to GDP.)

So what do we lead the world in? If you believe Will McAvoy, the news anchor on Aaron Sorkin’s The Newsroom, the United States is tops in just three things: « number of incarcerated citizens per capita, number of adults who believe angels are real, and defense spending. » Actually, McAvoy is forgetting a litany of other horrible metrics in which the United States ranks first. There’s also obesity, divorce, illegal drug use, pornography, student loan debt—the list goes on.

But come on—don’t we lead the world in anything we can be proud of? Indeed, we do! To celebrate July 4, here is a list of some rather obvious, some surprising, and some genuinely inspiring achievements that put the “exceptional” in “American exceptionalism.”

Cheese. No one churns out pressed milk curds like we do. (Well, unless you count the European Union’s 27 members as a single entity—but let’s not.) Here’s to you, Wisconsin. And while we’re on the subject of agriculture: The United States dominates the global standings in both beefand corn production as well.

Olympic medals. We’re topsamong men and women, in summer and winter.

Foreign aid. The United States gives the most overall for both development and humanitarian purposes. Sure, Norway gives more per capita. But we have more a lot more capitas.

Billionaires. We may no longer have the world’s richest person—that’s Mexico’s Carlos Slim—but we still have 11 of the top 20, from Gates to Buffett to Sheldon Adelson. And we have more than 400 billionaires total, suggesting that even when the United States is no longer the richest country, it will remain the best country in which to get rich.

Roads. Our highways and byways sport some potholes, but we still have a lot more miles paved than any other country. Good thing, because we also own the most cars.And sticking with infrastructure, we no longer have any of the world’s five tallest buildings, but we do top the list in innovative building design, according to a recent study in KPMG. Whatever that means, we’ll take it!

CO2 emission reductions. No, this statistic does not come from some parallel universe in which Al Gore defeated George W. Bush. According to the International Energy Agency, the United States’ economic slowdown and natural gas boom have combined to make it the world’s largest reducer of carbon emissions since 2006, cutting 7.7 percent. Who needs the Kyoto Protocol?

Patents. Americans aren’t actually filing the most patents per year anymore—that honor goes to China, followed by Japan. But more patents are filed with the U.S. Patent and Trademark Office than anywhere else, with nonresidents now making up about half of the total.

Worker productivity. Norway’s workers contribute more productivity per hour, but they also take more vacations, according to a 2008 report. On a per-year basis, our sweat and sleeplessness pay off—for our employers, anyway.

Research universities. Starting with Harvard, MIT, and Yale, the United States has 13 of the top 20 in U.S. News’ global rankings.

Rollercoasters. With 658 coasters, some 40 of which loop the loop, the United States leads China in both quantity and quality.

Marine protected areas. The United States has more than 225 areas under protection. Is that better than just having one or two gigantic areas under protection? Perhaps not for the fish, but if nothing else, it reflects a serious effort to balance the interests of conservation and commerce.

Cats and dogs. Americans own millions more of both than the residents of any other country. Second-place Brazil has fewer than half as many dogs.

Legal immigrants. A whopping 35.5 million as of 2005. Our immigration system may be broken, but it’s not as broken as a lot of other countries’ immigration systems.

Generosity. What American decline? The United States jumped from fifth place to first in the U.K.-based Charity Aid Foundation’s latest World Giving Index, which grades countries on three metrics: volunteering, helping strangers, and donating money.

Patriotism. Even if the facts don’t always bear us out, we’re still convinced that our country is tops. In a World Values Survey, 77 percent of Americans reported being « very proud of their nationality, » more than any other country polled. Well, technically, we were tied for first with Ireland. And the survey in question is from the 1990s. But how else could you explain all those people still singing along with Lee Greenwood every Fourth of July?

Media. We have the most newspapers, radios, television broadcast stations, and hours of television watched per day. Oops, maybe that last one isn’t so inspiring. But hey, it’s a holiday. Go ahead and enjoy the fireworks on your boob tube. In the land of the 47th-most-free, no one’s going to stop you.

To be continued… on Friday.

 

Alors que nous célébrons le 236e anniversaire de l’indépendance de l’Amérique, c’est une bonne occasion pour revenir sur toutes les choses qui font des États-Unis le plus grand pays du monde. Comme, par exemple… eh bien… hum.

Nous nous présentons comme le pays de la liberté, mais nous ne sommes que 47e concernant la liberté de la presse selon Reporters Sans Frontières, derrière le Botswana et le Salvador. Nous sommes 10e en matière de liberté économique, selon la Fondation du patrimoine, pas mauvais, mais pas tout à fait au niveau du Canada ou de l’Île Maurice. Nous sommes 51e dans l’éducation des maths et des sciences, selon le Forum mondial économique. Nous dépensons le plus, et de loin, pour les frais de santé, mais sans atteindre le top 20 en matière d’espérance de vie. Et tandis que nous restons le pays le plus riche en termes de PIB, nous occupons entre la 6e et la 19eplace quant au revenu par habitant, selon la façon dont vous comptez. (De plus, personne n’attend que nous maintenions une longue distance avec la Chine concernant le PIB).

Alors que dominons-nous dans le monde ? Si vous croyez Will MacAvoy, le nouveau présentateur de The Newsroom de Aaron Sorkin, les États-Unis ne sont les premiers que dans trois domaines : « le nombre de citoyens incarcérés par habitants, le nombre d’adultes qui croient que les anges existent et le budget de la Défense. » À vrai dire, McAvoy oublie une litanie d’autres faits horribles dans lesquels les USA occupent la première place. Il y a l’obésité, le divorce, la consommation de drogues illégales, la pornographie, la dette du prêt des étudiants, et la liste est longue.

Mais tout de même, les USA ne sont-ils pas en tête dans un domaine dans lequel ils pourraient être fiers ? Bien sûr que si ! Pour célébrer le 4 juillet, voici une liste de faits, certains évidents, d’autres surprenants voire inspirants qui illustrent « l’exceptionnel » dans « l’exceptionnalisme américain ».

Fromage. Personne ne produit aussi rapidement du lait caillé que nous (sauf si vous comptez l’Union européenne et ses 27 membres comme une seule entité, mais ne le faisons pas). Merci le Winsconsin. Et tant que nous sommes sur le sujet de l’agriculture : les USA dominent le classement mondial à la fois dans la production de viande bovine et que de maïs.

Médailles olympiques. Nous sommes les premiers parmi les hommes et les femmes, en été et en hiver.

Aide étrangère. Les USA donnent le plus pour le développement et l’aide humanitaire. Certes, la Norvège donne plus par habitant. Mais nous avons bien plus d’habitants.

Milliardaires. Nous n’avons plus la personne la plus riche au monde –il s’agit du mexicain Carlos Slim- mais nous avons toujours 11 américains dans le top 20 des personnes les plus riches, de Gates à Buffett en passant pas Sheldon Adelson. Et nous avons plus de 400 millionnaires, suggérant ainsi que même si les USA ne sont plus le pays le plus riche, ils resteront le meilleur pays pour devenir riche.

Routes. Nos autoroutes et pistes sportives ont certes des nids de poules, mais nous comptabilisons le plus grand nombre de miles goudronnés comparé aux autres pays. Et c’est une bonne chose, puisque nous avons également le plus de voitures. Toujours avec les infrastructures, nous ne sommes pas dans les cinq plus hauts buildings au monde, mais sommes en tête dans l’innovation de la conception de bâtiments, selon une récente étude du KPMG. Quoi que cela signifie, nous le prenons !

Réduction des émissions de CO2. Ces statistiques ne viennent pas d’un monde parallèle dans lequel Al Gore aurait battu George W. Bush. Selon l’Agence internationale pour l’énergie, le ralentissement de l’économie et le boom du gaz naturel ont contribué à réduire les émissions de CO2 de 7,7% depuis 2006. Qui a besoin du protocole de Kyoto ?

Brevets. Désormais, les américains ne sont plus les premiers à déposer des brevets par an –cet honneur revient à la Chine, suivie du Japon. Mais, la majorité des brevets sont déposés à l’US Patent and Trademark Office, les non-résidents constituant aujourd’hui la moitié des déposants.

Productivité des travailleurs. Les travailleurs norvégiens sont les plus productifs en heure, mais ont aussi plus de vacances, selon un rapport de 2008. Sur une base annuelle, notre sueur et nos insomnies paient plus –pour nos employeurs du moins.

Recherche universitaire. Commençant par Harvard, le MIT et Yale, les USA comptent 13 des 20 premières universités selon le classement mondial US News.

Montagnes russes et grands huit. Avec 658 manèges, dont certains ont 40 boucles, les USA dépassent la Chine en quantité et qualité.

Zones maritimes protégées. Les USA ont plus de 225 zones sous protection. N’est pas mieux que d’avoir juste une ou deux gigantesques zones ? Sans doute pas pour le poisson, mais sans ça, cela reflète un réel effort pour équilibrer les intérêts de la conservation et du commerce.

Chats et chiens. Les américains en possèdent des millions de plus que les autres pays. Le Brésil est second avec un peu moins de la moitié de chiens.

Immigration légale. 2005 a été un record avec 35,5 millions d’immigrants. Notre système d’immigration peut être cassé, il ne l’est pas autant que dans d’autres pays.

Générosité. Quel déclin américain ? Les USA sont passés de la 5e à la 1re place selon la Charity Aid Foundation (organisme britannique) et son dernier classement Word Giving Index, dont la note dépend de trois paramètres : le volontariat, les aides étrangères et les dons d’argent.

Patriotisme. Même si les faits peuvent laisser penser le contraire, nous sommes toujours convaincus que notre pays est en tête. Dans une World Values Survey, 77% des américains disent être « très fiers de leur nationalité », un chiffre plus important que dans les autres pays sondés. Même si techniquement nous étions ex-æquo avec les irlandais, et que cette enquête date des années 90. Mais comment expliquer autrement que tout le monde continue de chanter avec Lee Greenwood à chaque 4 juillet ?

Media. Nous avons le plus de journaux, de radios, de chaînes de télévision et d’heures passées devant la télé par jour. Oups, peut-être que ce dernier point n’est pas très appréciable. Mais bon, c’est un jour férié. Allez-y et profitez des feux d’artifices sur votre écran. Dans le pays le 47e plus libre, personne ne viendra vous arrêter.

La suite… vendredi.

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 17 juillet 2012 dans Blog / Site, Divers, In English

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Mac-and-cheese

Non, le hamburger n’est pas le plat national des États-Unis. Les Américains raffolent d’abord (ou ex æquo) du mac-and-cheese, un mets traditionnel de pâtes et de fromage devenu récemment tendance, avec des restaurants qui lui sont totalement consacrés.

Ce plat, que les Américains mangent du berceau à la tombe, est composé de pâtes (le plus souvent des coquillettes ou des macaronis) avec une béchamel au fromage (typiquement du cheddar), de la moutarde, du paprika, le tout surmonté de fromage râpé. Vous l’aurez compris, ce plat est riche, très riche.

C’est ce qu’on appelle une comford food (une nourriture-réconfort), car c’est un plat qui vient de l’enfance et qui est facile et pas cher à réaliser. D’ailleurs, nul besoin d’être un vrai cordon-bleu pour préparer cette recette : dans tout supermarché, ce macaroni and cheese diner s’étale sur les rayons où domine la boîte bleue de Kraft Foods (encore lui, cf. Croquez les 100 ans d’Oreo), qui a inventé le plat en paquet avec la sauce en poudre à diluer dans du lait en 1937.

Roi des petits budgets, le mac-and-cheese est aussi à la carte des restaurants chics, où il peut être servi avec des demi-homards ou des lamelles de truffes, pour amener élégance et raffinement à ce plat de ménage. Il se prête aussi aux variations les plus incongrues, comme le suggère le site de cuisine www.endlesssimmer.com qui le transforme en sushi, en hamburger ou en pizza.

Ce plat est tellement sacré aux USA, que son origine reste floue. Certains disent que la recette remonte au Moyen-Âge, et assurent qu’on en trouve trace dans des livres de cuisine du XIVe siècle en Italie. D’autres, affirment que ce plat existe depuis plus longtemps que le hamburger ou le hot-dog, et que Thomas Jefferson l’a servi en 1802 à la Maison Blanche.

J’ai tenté l’expérience mac-and-cheese une fois. Peut-être qu’avec du vrai fromage…

 
7 Commentaires

Publié par le 4 mai 2012 dans Boire et manger, US culture

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Très décevant…

Les États-Unis sont connus pour leur « mal-bouffe » mais on ne savait pas à quel point.

Fruits et légumes : ils ne sont pas aussi variés qu’en France mais sont tout à fait mangeables. Les tomates ont un goût de tomate. Les clémentines sont bonnes (il faut aimer l’acidité) et très très oranges. La salade est croquante (un peu trop même). Les haricots verts sont plein d’eau.

Fromage : il existe un choix assez large de fromages sans goût. Il n’y a même pas de Vache qui rit pour faire illusion.

Yaourt : on pensait prendre une valeur sure en achetant des Activia… ils sont super sucrés et bien lourds (genre lait entier). Il en existe d’autres mais à plus de 130 grammes le pot, j’ai peur de ne pas tenir. C’est décidé, je ne prendrais plus que des compotes !

Viande : sans surprise nous avons acheté des escalopes de poulet. Elles étaient hors-normes (le poulet devait faire 10 bon kilos), avec du gras et un goût pas très prononcé. On a donc pris une autre marque : c’était pire. « C’est du poulet ça ? On dirait du porc. Que c’est gras et spongieux. » Ainsi, nous avons élucider le mystère du KFC : nul besoin d’une friteuse, la graisse contenue dans le morceau de viande se suffit à elle même pour le frire… véridique !
Alors nous avons testé autre chose. Vous avez déjà eu du mal à découper un steak haché vous ? Et bien nous si : il était dur, avec des nerfs partout et un vieux goût. « Passe-moi la moutarde ! »

Nous qui pensions être au pays de la bonne viande, nous sommes extrêmement déçus. Même le salami aux 3 viandes (plus proche du cervelas en fait) est bien meilleur. Et c’est bien là le drame : les choses bonnes au goût sont les pires pour la santé (hot dog, cookie, pizza…). Quel dilemme !

Mais nous ne laissons pas tomber, d’autres produits nous attendent et la bonne viande se trouve peut être quelque part. À suivre donc !

 
11 Commentaires

Publié par le 14 mars 2011 dans Boire et manger

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :