RSS

Hatfields and McCoys

15 Juin

Cette semaine, je continue avec les querelles familiales. Après les Ewing (cf. Dallas, le retour), voici les Hatfields et McCoys.

La chaîne TV History, diffusait il y a peu, une série en trois parties retraçant l’histoire vraie de la rivalité entre ces deux familles, qui dura plusieurs décennies et qui a presque déclenché une guerre entre le Kentucky et la Virginie Occidentale. Plus d’un siècle plus tard, Hatfield-McCoy feud fait toujours partie du lexique folklorique américain.

Les protagonistes

Les McCoy, une famille d’agriculteurs profondément chrétiens, vivaient au Kentucky sur une rive de la Tug Fork, un bras de la Big Sandy River. La figure paternelle de ce camp était Randolph McCoy, descendant d’un immigré irlandais.

Les Hatlfield, bûcherons athées, étaient implantés de l’autre côté de la rivière, en Virginie occidentale. Cette famille était plus fortunée et mieux insérée dans la vie politique et économique locale. Le clan était dirigé par Anderson Hatfield, soldat héroïque puis déserteur.

Au début, « Devil Anse » Hatfield et Randall McCoy sont amis, et même frères d’armes pour les confédérés (le Sud). Mais au lendemain de la guerre de Sécession (1861-1865), l’assassinat d’Asa Harmon McCoy, frère de Randall et soldat de l’Union (le Nord), par Jim Vance, oncle d’Anse, marque le début du conflit.

The feud (la vendetta)

Il faut attendre 13 années pour que la situation dégénère. En 1878, Randall accuse Floyd Hatfield d’avoir volé son cochon. L’affaire fini au tribunal, sous l’œil du juge Will Hatfield (frère d’Anse), et le témoignage de Bill Staton (un ami des McCoy marrié à une Hatfield) en faveur de Floyd permet d’annuler les charges qui pèsent sur lui. Deux ans plus tard, Bill Staton est tué par deux neveux de Randall, mais ils sont acquittés pour cause de légitime défense.

Tu voles mon cochon, mes neveux tuent le témoin ; ton fils courtise ma fille, mes fils l’enlèvent ; tes fils tuent mon frère, je les exécute ; tu embauches un chercheur de primes, je brûle ta maison… Vengeance, jalousie, lien du sang, honneur et un fâcheux penchant pour la boisson ont poussé ces deux familles à se livrer leur propre guerre civile.

Quelle fin ?

Je ne veux pas tout vous dévoiler… mais sachez qu’en juin 2003, les descendants des Hatfield et McCoy ont signé un traité de paix. Cet acte symbolique avait pour but de montrer que les Américains savent oublier leurs différents et rester unis, en particulier en période de crise (référence au 11 septembre 2001).

La série TV

Malgré quelques longueurs (premier épisode), la série tient vraiment la route et on est ravi de revoir Kevin Cotsner. Par contre, je vous encourage à mettre les sous-titres (français ou anglais, selon votre préférence), car il n’est pas toujours facile de comprendre le bon accent des Appalaches.

Entre reconstitution historique et western, c’est l’occasion pour nous spectateurs français de découvrir un pan de l’histoire américaine.

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 15 juin 2012 dans Télé, US culture

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

3 réponses à “Hatfields and McCoys

  1. annick

    15 juin 2012 at 12:10

    ça me donne bien envie tout ça …..

     
  2. Thérèse

    17 juin 2012 at 06:39

    je suis d’accord avec Annick mais est ce que cette série sera diffusée en France ?

     
    • Lorène

      17 juin 2012 at 08:27

      Je ne pense pas. Mais ramenez votre disque dur et je vous la passe.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :