RSS

C’était de la légitime défense…

06 Avr

Depuis quelques semaines, l’Amérique s’embrase pour l’affaire Trayvon Martin : manifestations, pétitions, prises de paroles de personnalités… Les vieux démons resurgissent.

Le 26 février dernier à Sanford (Floride), Trayvon Martin (17 ans, noir américain) rentre chez ses parents après avoir acheté des sucreries dans une épicerie voisine, lorsque George Zimmerman (28 ans, américain d’origine péruvienne) l’aperçoit. George, qui est un volontaire effectuant des surveillances de voisinage, appelle la police pour signaler un individu suspect. Celle-ci lui recommande de ne pas intervenir, mais il préfère suivre l’adolescent. Au même moment, Trayvon, qui est au téléphone avec sa petite amie, lui dit qu’il est suivi par quelqu’un. Selon les témoignages des voisins, une altercation se produit entre les deux hommes suivi d’un coup de feu. Quand la police arrive, Trayvon est mort.

Les répercutions de cet incident touchent deux sujets différents : le principe de la légitime défense, et les problèmes raciaux.

D’une part, George Zimmerman, qui a été brièvement arrêté par la police, a finalement été relâché après qu’il eut invoqué la légitime défense. Face à cela, les parents de Trayvon Martin ont demandé que Zimmerman soit inculpé pour le meurtre de leur fils. Très vite, ils ont été soutenus par de nombreuses personnes, et 58 pétitions sont actuellement en ligne (change.org) afin d’annuler ou de modifier la loi sur la légitime défense. Cette loi, votée en 2005 avec le soutien du lobby des armes (la National Rifle Association, ou NRA), est baptisée « Défendez-vous » par ses défenseurs, mais « Tirez d’abord » par ses détracteurs. Elle a assoupli les conditions d’exercice de la légitime défense, permettant aux habitants d' »utiliser la force, létale, si besoin, pour répondre à une menace et protéger leur vie ». Des lois similaires ont été adoptées dans 24 autres États américains.

D’autre part, il s’agit « encore » d’un homme blanc tuant un homme noir. Il y a donc suspicion d’un crime racial. La communauté afro-américaine s’est majoritairement insurgée contre cette affaire, et des mères de famille ont pris la parole pour raconter les mauvais traitements subis par leurs fils. Trayvon Martin apparaît alors comme le symbole des injustices dont souffrent les Noirs. Par ailleurs, un groupe extrémiste, les Neo Black Panthers, ont offert 10 000 $ pour la capture de George Zimmerman afin de procéder « à une arrestation populaire ».

En attendant un éventuel débat sur la légitime défense, et en espérant que les tensions raciales n’augmentent pas, l’enquête ouverte par le ministère de la Justice, le procureur du district central de Floride et le FBI reste ouverte. Un grand jury (chambre d’accusation) doit se réunir le 10 avril pour décider si les charges sont suffisantes pour poursuivre George Zimmerman.

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 6 avril 2012 dans Actu / News, US culture

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Une réponse à “C’était de la légitime défense…

  1. Thérèse

    6 avril 2012 at 10:52

    cette affaire que tu relates risque de devenir un véritable enjeu politique compte tenu du contexte, où se mêlent légitime défense et procès d’une Amérique raciste,
    l

    .

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :